Bibliographies

Alphonse Deriaz I (1827-1889)

Alphonse Deriaz naquit dans une famille paysanne et aubergiste de Baulmes. A l'âge de 18 ans, il quitta son village natal pour voyager. Il s'installa notamment en Angleterre où il se maria une première fois. Suite au décès de son épouse, il recommença à courir le monde. Il se rendit à Melbourne en Australie où il découvrit la photographie.
C'est à Londres qu'il se forma à la pratique de la photographie. Il revint en Suisse et essaya de s'installer comme photographe à Baulmes vers 1860. Malheureusement cette tentative se solda par un échec. La même année, il travailla à Paris en collaboration avec Abel Niepce, le neveu de Joseph Nicéphore Niepce. En 1865, il fut chargé par la «Commission des monuments historiques» de documenter l'architecture française.
En 1870, lorsque la guerre franco-allemande éclata, Alphonse Deriaz revint en Suisse et ouvrit un atelier à Morges, 15 rue Centrale. Deux ans plus tard, il épousa sa cousine Nanette-Sophie Deriaz, avec qui il eut un fils : Armand. Parallèlement, Alphonse Deriaz travailla aussi comme photographe ambulant dans les villages avoisinants et ouvrit un deuxième atelier à Bière.
Alphonse Deriaz mourut d'une apoplexie cérébrale en 1889. Sa femme, Nanette-Sophie Deriaz, essaya de mettre sur pied une association avec le photographe Henri Cornu. Malheureusement, cette association échoua. Nanette-Sophie et Armand remirent l'atelier à Henri Cornu et retournèrent s'installer dans la maison familiale à Baulmes.

Armand Deriaz I (1873-1932)

Né le 18 août 1873, Armand Deriaz n'a que 16 ans quand, à la mort de son père Alphonse Deriaz, il hérite soudain de l'entreprise. Il devient le premier utilisateur de la " phototypie " à des fins d'édition, particulièrement l'illustration de cartes postales et de panoramas alpins. Etabli à Baulmes, il photographie les lieux, les gens et les choses. Son oeuvre rend admirablement compte des changements intervenus dans la région durant le premier quart de siècle. Il meurt le 19 mai 1932.

Alphonse Deriaz II (1915-1995)

Né le 16 février 1915, Alphonse Deriaz porte le prénom de son grand-père, fondateur de la dynastie. En 1932, à la mort de son père Armand Deriaz, il reprend l'atelier de cartes postales. Il est un des premiers à recourir à l'avion pour réaliser des photographies de montagnes avec l'oeil du géographe, sans parler des vues aériennes des villes et des villages du Canton de Vaud et de Romandie. Sa technique, irréprochable, acquise à Vienne et à Berlin, n'a jamais contraint sa sensibilité naturelle. Il meurt le 5 avril 1995.

André A. Deriaz (1948-2000)

Né le 25 avril 1948, André Alphonse Deriaz porte, en deuxième prénom, celui de son arrière grand-père et de son père, tradition oblige. Dès son plus jeune âge, il pratique la photographie. Après l'obtention de son baccalauréat, il se présente au concours d'entrée de l'Ecole de photographie de Vevey. Refusé car il est soit-disant daltonien, il devient néanmoins un spécialiste de la prise de vue couleur, tant en studio qu'en extérieur et s'adonne à la photographie de mode et à l'illustration d'affiches décoratives. En 1984, il revient à Baulmes où il dirige, avec son père et son frère, l'entreprise familiale. En 1997, il crée avec son cousin Pierre Emile Ravussin la Fondation Deriaz. Il est décédé le 5 mars 2000 à St Domingue.

Pierre Emile Ravussin (1938 - )

Né le 24 novembre 1938, Pierre Emile Ravussin est l'arrière arrière ... petit neveu de la mère d'Alphonse Deriaz I. Il a suivi une double carrière, académique et industrielle. Il a obtenu son diplôme d'ingénieur physicien à l'EPFL avec un travail sur le laser, puis sa thèse de doctorat (fichier pdf 3.8MB) en physique mathématique. Il obtient ensuite le poste de directeur a.i. de la Chaire de la mécanique de la turbulence à l' EPFL, puis de directeur du cours postgrade "Bases scientifiques de la protection de l'air", cours officiel en langue française des Organisations internationales OMM et OMS à l'Université de Paris VII, en tant que professeur associé. Il est l'auteur d'un grand nombre de brevets. Il a créé entre autres les premières machines laser industrielles (fichier pdf 7,7MB) pour l'usinage des pièces d'horlogerie. Depuis il a développé avec succès Cartilex un procédé destiné à guérir l'arthrose www.laserixsa.com.

Il a suivi un apprentissage accéléré de photographie chez son oncle Alphonse Deriaz II, connaissances qu'il a utilisées avec profit pour ses recherches et dont quelques œuvres ont été présentées lors de Visions d'Yverdon-les-Bains, cent ans de cartes postales. Le Professeur Ravussin a aidé M. André Deriaz à créer la Fondation Deriaz. Il est l'inventeur du procédé préservation et de conservation des originaux photographiques couleur et du procédé de tirage photographique numérique GIGANTOS (Le Matin. Dimanche 20 juin 1999). Il succède à M. Deriaz au poste de président de la Fondation après le décès de celui-ci.

 
to Deriaz Foundation

vers le site de la Fondation Deriaz


Les questions ou commentaires concernant ce site Web sont à adresser à gitsa@vtxnet.ch
Copyright ©  Fondation Deriaz
Dernière modification : 09 avril 2017